4. La granulation

La granulation regroupe un ensemble d’opérations permettant de produire le granulé de bois. Globalement, la granulation permet de densifier (aux alentours de 650kg/m3) un sous-produit volumineux (100kg/m3 pour la sciure), hétérogène (mélange de copeaux et poussières par exemple), difficilement transportable. La granulation elle-même est réalisée à l’aide d’une presse. Le plus souvent, la presse est équipée en amont d’une trémie tampon qui assure une distribution uniforme de la matière. La presse est alimentée par la trémie via une vis d’alimentation asservie par l’intensité du moteur de la presse. La trémie permet de s’assurer que la vis est bien remplie.

Fonctionnement de la presse à granulé

Le rôle de la presse consiste à comprimer à l’aide de 2 rouleaux la sciure au travers d’une filière annulaire percée de canaux cylindriques de 4 à 12mm de diamètre. Une température élevée du produit (80°C) et l’utilisation de vapeur sèche favorisent le rendement des presses et la qualité des granulés.

Compression de la sciure dans la filière

Pour assurer une bonne qualité du granulé, il convient également de refroidir le granulé une fois produit. Ainsi, en sortie de la presse, les granulés passent dans un refroidisseur. De l’air ambiant passe à travers un lit de granulés. Un ventilateur basse pression fournit le débit d’air de refroidissement. Comme précédemment, le produit présente de fines poussières qu’il faut éliminer par dépoussiérage. Avant leur stockage, les granulés sont tamisés pour éliminer principalement les miettes et les dernières poussières. Les fines poussières et miettes sont recyclées dans le cycle de granulation. L’humidité du produit sortant du sécheur est de l’ordre de 12 à 15%. Le broyage et la granulation par effet mécanique, puis le refroidissement, permettent d’obtenir un granulé à un taux d’humidité compris entre 6 et 10%. Le rendement de la partie granulation est directement conditionné par le bon fonctionnement des équipements en amont et l’homogénéité du produit. Les équipements fonctionnent pratiquement automatiquement à condition d’une surveillance et de réglages réguliers. La présence d’écorces ne pose pas de problème technique mais entraîne une usure plus importante des consommables. En effet, l’écorce contient une grande partie de minéraux (silice, phosphore). L’usage domestique recommande un taux de cendre maximum de 1%, ce qui demande une matière première toujours parfaitement écorcée. Pour des applications industrielles ou collectives, il n’y a pas de restriction sur le taux de cendre et les même équipements de base peuvent fonctionner sur des produits « moins propres », moyennant certains aménagements (filière différentes, épierrage,…)

Presse à granulé

  1. Entrée de la sciure homogénéisée
  2. Sortie des granulés

Pour aller plus loin

L’industrialisation à grande échelle de la transformation du bois en bois énergie imposent aux sociétés de trouver des approvisionnements et des débouchés important. Ainsi une société qui produit 25000t de granulés par an devra disposer de plus de 50000t de matière première humide et devra commercialiser ses produits auprès d’environ 5000 clients. A la vue de ces quelques chiffres, tout client professionnel qui achète de gros volume, sera prioritaire face à un client particulier qui en consomme par exemple 5t/an. Le client ne peut donc pas être au centre des préoccupations. Mobiliser 50000t impose de transporter la matière sur de longue distance, de stocker la matière, de gérer ce stock. Toutes ces étapes créent des couts supplémentaires. Les économies d’échelle de la production de masse sont en grande partie couvertes par les surcouts de stockage et de transport.

Site référencé par www.bois-de-chauffage.net
Mentions légales | © Copyright EINNA 2014 | Contact